ESCALIERS - Escaliers fixes d'intérieur

Généralement situé dans la pièce de vie, l’escalier y occupe une place de choix. Il est à la fois élément fonctionnel et architectural. Bien que traditionnellement réalisé en bois teinté et verni ou peint, l’acier permet d’alléger visuellement les parties structurelles, le verre peut être utilisé pour la fabrication des marches ; ces combinaisons de matériaux amènent un design plus contemporain et permettent des réalisations plus audacieuses. 

Il doit être confortable et des dimensions optimales sont unanimement reconnues : l’emmarchement est de 80 cm et l’échappée est de 2 mètres. La hauteur des marches (H) est voisine de 17 cm et le giron (G) est d’au moins 25 cm, ces deux valeurs étant liées par la formule de l’architecte François Blondel : 2H + G compris entre 58 et 64 cm.

Trois classes d'escalier sont identifiées en fonction du rapport H/G qui définit l’inclinaison (la pente) de l’escalier :

  • raide (non recommandé) 1,32 > H/G ≥ 1
  • courant 1 > H/G ≥ 0,78
  • confortable H/G < 0,78

 

Mais en fonction de l’emplacement ou dans le cas d’une pièce exigüe et surtout en rénovation de locaux, dans le cas également ou les dimensions de la trémie ou le reculement seraient limités, l’escaliéteur devra s’adapter aux locaux. Un escalier hélicoïdal ou un escalier à pas décalés (pas japonais) pourra également être choisi. 

Un point bien trop souvent négligé est l'isolement acoustique de l'escalier par rapport à ses supports. Les bruits dits « solidiens ou d’impact » générés par l’utilisateur peuvent être atténués au moyen d’interposition de matériau résilient entre l’escalier et les planchers ou les parois.

Fabriqué en dimensions standards ou sur mesure, l’escalier demandera de prévoir un budget plus ou moins important.

Aucun enregistrement trouvé. Essayez sans mot clé.